Nos Projets / Culture Écologie Innovation Solidarité

EKOMED 2021

Un programme de quatre projets destinés au ramassage et à la valorisation des déchets présents dans les espaces naturels de la côte adriatique monténégrine.

Aidez-nous à financer les premières phases d’études d’EKOMED 2021, un programme innovant et résolument tourné vers l’avenir.

EKOMED 2021 est composé de quatre projets complémentaires qui composent quatre facettes d’un modèle d’économie circulaire. Il inclut la protection de l’environnement, les énergies renouvelables, la réduction des émissions carbone, tout en contribuant à la création d’emplois qui viendront équilibrer l’activité touristique saisonnière.

La côte Monténégrine est une des côtes les plus intéressantes et variées tant sur le point naturel que culturel. Naturel par son relief tourmenté, culturel par les différentes civilisations qui s’y sont croisées. Depuis la fin du conflit de l’ancienne Yougoslavie, le tourisme s’est développé très rapidement et parfois de façon incontrôlée.

D’un côté, le littoral s’est urbanisé sur un réseau d’infrastructure souvent insuffisant par rapport à l’assainissement des eaux et au traitement des déchets. Ceci fait peser un risque de pollution sur la faune et la flore aquatique due à l’accumulation de déchets plastiques et des eaux usées.

De l’autre, les espaces ruraux traditionnels qui bordent la zone côtière, ont été abandonnés et souvent envahis par une végétation invasive favorisant les feux de forêt. Aujourd’hui ils sont menacés par une urbanisation exclusivement touristique et par la perte d’un patrimoine naturel, culturel et immatériel qui faisait justement l’attrait de ces territoires.

Quatre programmes : un modèle d’économie circulaire

Le projet consiste donc à étudier et mettre au point des stratégies, des programmes ainsi que des outils innovants, destinés à la valorisation, la protection et l’entretien des espaces naturels sur la côte adriatique du Monténégro.

Il a vocation d’être réplicable sur le littoral méditerranéen qui comporte de nombreux sites que l’urbanisme et le tourisme menacent de dégrader. Des contacts ont déjà été pris avec des partenaires au Maroc, en Albanie, au Liban et en Croatie qui sont intéressés par le développement du projet.
Il comporte plusieurs programmes qui permettront de réunir les compétences des différents partenaires (institutions locales, entreprises, ONG, experts) tant pour les phases d’étude que de réalisation. Ces quatre programmes comportent chacun une phase d’étude et une phase de réalisation. Dans leur complémentarité, chacun d’eux a son objectif propre et peut être traité indépendamment.

L’ensemble forme un projet écologique cohérent et durable, un modèle d’économie circulaire incluant : La protection de l’environnement, les énergies renouvelables, la réduction des émissions carbone tout en préservant les équilibres financiers et en contribuant à la création d’emplois valorisant qui viendront équilibrer l’activité touristique pour permettre l’emploi tout au long de l’année. L’ensemble des partenariats développés au cours des différents programmes devra représenter un modèle d’ingénierie participative et démocratique.

1-VRMAC : Une péninsule à protéger

Ce projet s’inscrit localement dans la région de Vrmac, une péninsule située entre la baie de Kotor et celle de Tivat. La partie centrale montagneuse est désertée et neutralisée par une végétation invasive qui cache d’anciens vestiges historiques, des hameaux et des cultures en terrasse abandonnées. Elle est en voie d’être inscrite comme zone naturelle protégée.

Pensé dans sa globalité, comprend : le défrichement de la partie centrale et l’établissement d’un plan de sécurisation du site en coopération avec les organismes spécialisées. Mais aussi, la création d’une ferme/atelier de valorisation de la biomasse, sous forme de pellets. Et enfin le développement des activités agricoles (Oliviers, vignes, élevage, plantes médicinales) et de la bioproduction (distillation huiles essentielles, produits beauté santé bio…) La mise en valeur du patrimoine rural et culturel ainsi que la promotion de l’ecotourisme sont aussi des points centraux de cette action locale.Prévention des incendies de forêts sur la côte

> Sécurisation des sites

> Valorisation de la biomasse

> Protection et valorisation du site

> Revitalisation rurale et création d’emplois

Développement :

  • > Création d’une station de traitement des déchets par Pyrolyse haute température (brevet Synecom) pour traitement des boues de station d’épuration mixées avec la biomasse (voir projet Ekowast)
  • > Mise en place d’une barge à moteur air comprimé afin d’assurer la collecte et le transport de la biomasse sans émission de CO2 (voir projet Eco-barge)

Le projet nécessitera une étude préalable de faisabilité incluant les différents partenaires locaux et extérieurs.

2- EKO-BARGE : une barge mobile collectrice de déchets

Selon l’ONG WWF, 600 000 tonnes de plastiques sont rejetées chaque année en Méditerranée, ce qui en fait la plus grande zone d’accumulation de déchets plastiques dans le monde. On estime qu’elle est quatre fois plus polluée que le « 7ème continent plastique ». Cela est moins visible car la Méditerranée concentre des millions de particules de plastique sur lesquelles viennent se concentrer de nombreux polluants chimiques. Les solutions proposées sont en mesure d’être répliquées et de contribuer ainsi à la préservation de l’écosystème marin.

Le projet consiste donc à collecter les déchets en mer, en rivière et sur le rivage. La collecte sera effectuée par une barge à fond plat (12MX6) équipée de filets de ramassage et de sacs de collecte (Sté Thomsea).
La barge sera équipée d’un moteur à l’air comprimé (Master Renault) de la Société Anthos Air Power (0 émissions).

  • > Une station de recharge équipée de panneaux solaires permettra la recharge du moteur.
  • > La station sera mobile et suivra le programme de nettoyage de l’Ekobarge.
  • > La station sera équipée d’un module café/terrasse, un « Ekobar » climatisé, grâce à la libération de l’air comprimé.

L’ensemble sera « designé » de façon à être visible durant la saison touristique et participera à une campagne de promotion « Méditerranée propre ».

Le ramassage sur le rivage sera assuré par une mobilisation d’ONG et de volontaires qui participeront à la campagne. Le ramassage par la mer permettra de libérer les côtes du trafic des camions durant la période touristique.

Développement

  • > Réplique du projet en Croatie (Commune de Zadar) et au Maroc (Commune d’Oujda)
  • > L’Eko-barge sera utilisée également pour la collecte de la biomasse durant l’hiver dans le cadre du nettoyage des zones forestières du littoral afin de prévenir les feux estivaux.
  • > Les déchets végétaux seront valorisés sous forme de pellets.
  • > Les stations seront laissées en activité afin d’assurer l’énergie des Eko-barges.
  • > Un modèle de barge sera adapté pour le transport de passagers dans les bouches de Kotor
  • > Les équipements seront intégrés après la saison dans les projets Vrmac et Eko-brod.

3- EKO-WASTE : une station de traitement des déchets par pyrolyse

Traiter les déchets de toutes natures sans aucune émission polluante tout en produisant de l’énergie représente une des solutions les plus écologique possible. Le projet consiste donc à réaliser une station de traitement des déchets par le système de pyrolyse haute température mis au point par la société Synecom.

La petite taille et la flexibilité des installations permettent à des communes d’être indépendantes pour le traitement de leurs déchet mais aussi d’amortir les investissements et les frais de fonctionnement par la production d’énergie.

Deux types de stations seront proposées :

Une station fixe qui aura pour but de traiter et de valoriser le surplus de déchets urbains durant la saison touristique ainsi que les boues de station d’épuration associées à des déchets biomasse durant les saisons creuses (automne, hivers).

Une station mobile expérimentale équipée d’une technologie laser montée sur remorque pouvant traiter les différents dépôts sauvages ainsi que les déchets des villages isolés. La motorisation de ces stations sera uniquement à l’air comprimé donc sans aucune émission de CO2.

Dans les deux cas les stations seront équipées de générateurs permettant de produire de l’énergie stockée sous forme d’air comprimé. Le projet comprend également les équipements ainsi que les groupes électrogènes équipés de moteur à air comprimé.

4-EKO-BROD : un ferry-boat à motorisation décarboné, capable de traiter les déchets

De nombreux sites côtiers sur le littorale méditerranéen, ports, marinas, complexe hôtelier, iles, sont souvent difficiles d’accès par la terre. Permettre le traitement de leurs déchets, sur place, sans aucune pollution, tout en les alimentant en énergie et en eau potable, représente un atout majeur pour la transition écologique de ces régions. Ce modèle de ferry-boat à motorisation décarbonée pourrait se développer et diminuer l’impact environnemental de ce mode de transport.

  • -Traitement écologique des déchets sur bateau pour les zones côtières et les Iles
  • -Production d’énergie et d’eau douce
  • -Promotion de la navigation zéro CO2, grâce au moteur à air comprimé

Description :

Le projet consiste à réaliser un prototype de bateau station de traitement des déchets, par le système de pyrolyse haute température mis au point par la société Synecom. Le bateau (un petit ferry-boat recyclé) permettra de traiter les déchets sur place sans aucune émission dangereuse.

Il sera particulièrement adapté au traitement des plastiques récupérés en mer (cf projet Eko-barge) ainsi que de celui des déchets des hôtels de la marina, des ports et des villes côtières envahit durant la période estivale.
La motorisation du ferry sera réalisée par un moteur adapté à l’air comprimé avec le kit mis au point par la Sté Anthos Air Power.

L’air comprimé sera produit à bord par le traitement des déchets et par l’énergie des panneaux photovoltaïques.

L’énergie produite pourra alimenter un équipement d’osmose inverse permettant de délivrer de l’eau douce (particulièrement dans le cas des iles.) L’ensemble des opérations (déplacement du bateau, traitement des déchets, production d’eau douce) se fera sans aucune émission de CO2. Une chambre froide alimentée par l’échappement de l’air du moteur à -70* permettra l’acheminement de produits sensibles.

Développement :

  • -Réplique du projet en Croatie (Commune de Zadar) et au Maroc. (Commune d’Oujda)
  • -Développement du procédé d’adaptation des moteurs pour l’air comprimé pour la transformation énergétique des nombreux ferry-boat dans la mer Adriatique aujourd’hui très polluant.
  • -Développement parallèlement de station de production d’air comprimé à l’énergie solaire.

Objectifs de développement durable
Localisation
Côte adriatique du Monténégro, Villes de Bar, Budva, Herceg, Kotor, Novi, Tivat, Ulcijn.

Partenaires
Anthos Air Power Motorisation, Fondation Valgo, Genio Pyrolyse, Sté Thomsea - équipement, de collecte, Ministère du tourisme et du développement durable (Monténégro), Ministère des Sciences (Monténégro), Ministère des transports (Croatie), Fondation R20, Pôle national de la sécurité civile de Nîmes (incendies) NGO « Napredak Gornja Lastva » et « Expeditio » (Monténégro), villes et maries de Tivat, Kotor, Ulcijn, Bar, Budva, Tivat, Herceg Novi

Partager ce projet sur :
Twitter, Facebook ou Linkedin