Écologie / Monténégro

PODGORICA – Retour sur la conférence de Gradjanska Alijans (Alliance Citoyenne)

Nicolas Petrović Njegoš était présent le 19 novembre 2020 à la conférence nationale de Gradjanska Alijans sur l'État écologique.

Nicolas Petrović Njegoš était présent le 19 novembre 2020 à la conférence nationale de Gradjanska Alijans, afin d’affirmer le positionnement de la fondation en faveur du renouvellement de l’idée d’État écologique. L’occasion de prononcer un discours d’ouverture placé sous le signe de l’action collective :

« Malgré la crise sanitaire qui nous touche tous depuis plusieurs mois, je suis heureux de me retrouver parmi vous et d’être aujourd’hui de nouveau au Monténégro ; sachez que durant cette période, il a fait partie de mes préoccupations quotidiennes. Je suis conscient des difficultés et des drames que vivent un grand nombre de nos concitoyens, affectés d’un côté de par la maladie et, de l’autre, de par la crise économique et l’angoisse des jours à venir. C’est bien sûr la priorité du moment, mais nous avons aussi le devoir de nous tourner vers l’avenir et d’essayer de construire une société plus juste et plus durable, qui pourrait mieux résister à ce type de crise. C’est pour cela que je voudrais saluer l’initiative de Gradjanska Alijansa, qui nous rassemble aujourd’hui autour de la question de l’État écologique.
Je remercie les organisateurs de me faire l’honneur d’ouvrir cette conférence aux côtés de mon collègue le Docteur Mitrovic, du Vice-Président du parti URA, Monsieur Konatarom et bien sûr de vous, Boris Raonic. Aujourd’hui et les prochains jours, nous allons débattre autour de la question : Comment réanimer le projet d’État écologique inscrit dans notre constitution depuis bientôt 30 années et qui n’a pas pu s’imposer face aux intérêts privés ? Cette question qui nous réunit aujourd’hui et qui peut demain réunir nos concitoyens après des décennies de divisons, est, pour moi, vraiment la bonne question, au bon endroit et au bon moment.
La bonne question.
En effet, face aux impacts négatifs du réchauffement climatique et de la mondialisation, l’écologie et le développement durable se posent aujourd’hui sur tous les continents, dans tous les pays et pour toutes les générations, comme la seule alternative pour sauver notre biosphère et remodeler nos sociétés à la mesure de l’Homme.
Au bon endroit.
De par sa Constitution, le Monténégro est « officiellement » le premier État écologique, même si cela est resté au niveau des bonnes intentions et d’actions ponctuelles insuffisantes pour créer la synergie indispensable à une telle ambition. Néanmoins, c’est une proposition qui nous engage collectivement et individuellement, nous tous, citoyens du Monténégro. De plus, la qualité de notre environnement naturel et la taille de notre État sont des conditions idéales. Il est, en effet, plus facile et plus rapide pour un pays de 630 000 habitants de réaliser un État écologique, que pour des pays de plusieurs dizaines de millions. Le Monténégro pourrait devenir ainsi un petit laboratoire de la transition écologique et profiter de soutiens et de parrainages internationaux.
Au bon moment.
À la suite des élections et de l’alternance qui consolide notre démocratie et à l’aube de la formation d’un nouveau gouvernement, n’est-ce pas le meilleur moment pour parler de l’avenir et de relancer la question de l’État écologique, qui reste pour moi le seul futur désirable pour le Monténégro et le seul à nous permettre de dépasser les traumatismes du passé et les rivalités du présent ? D’autre part, la crise sanitaire d’aujourd’hui nous appelle à revoir nos valeurs. Partout sur la planète, la question se pose du « Monde d’après ». Il devra être plus solidaire, plus respectueux de l’environnement et de la diversité biologique, en un mot plus écologique au sens large du mot.
Vous pouvez constater que le virus ne fait pas de différence entre riches et pauvres, entre Serbes, Monténégrins ou Albanais, Orthodoxes ou Musulmans, membres d’un parti ou d’un autre. Face à la Covid, nous devons être tous solidaires, nous protéger pour protéger les autres, suivant la devise des 3 Mousquetaires d’Alexandre Dumas, « Un pour tous, tous pour un ». C’est bien le bon moment pour tourner la page et se mettre tous ensemble au travail pour réaliser ce rêve qui nous habite et qui nous frustre depuis tant d’années. Mission impossible me direz-vous, mais nos ancêtres nous ont appris à relever les défis impossibles. « Neka bude sto biti ne moze ».
Je voudrais saluer le Professeur Dragan Hajdukovic qui est avec nous aujourd’hui et à qui nous devons d’avoir conceptualisé et soutenu cette belle idée depuis le début et qui mérite notre plus profond respect.
Pour finir, je voudrais vous exprimer ma total adhésion au projet d’État écologique et mon souhait que le nouveau gouvernement le fasse sien, pour le Monténégro et pour l’avenir de nos enfants. La Fondation Petrović Njegoš, déjà engagée depuis sa création dans le domaine de la solidarité et de l’écologie, est prête à se mobiliser pour cette grande aventure.
Et n’oublions pas que « Small is beautiful » ! »

Prince Nicolas Petrović Njegoš, Podgorica, 19 novembre 2020

Partager ce projet sur :
Twitter, Facebook ou Linkedin